Mon salaire pour vivre, c’est capital !
18-03-2014
2014_coute_du_travail.jpg

La presse, la télévision, les patrons, le gouvernement nous répètent à l’envi que « rémunérer le travail pénaliserait la compétitivité des entreprises », que notre modèle social est un handicap dans la guerre économique. Ils nous assènent cette pseudo « vérité » alors que les indicateurs économiques montrent que nos entreprises souffrent d’un manque d’investissement, d’une trop forte rémunération des actionnaires et d’une consommation en déclin faute d’emplois et de salaires corrects. C’est cette même pensée unique que les gouvernements et le patronat européens mettent en œuvre par tous les moyens dans le seul but de réduire ce qu’ils appellent le « coût du travail » : nos salaires directs ou nos salaires socialisés, c’est à dire le financement de nos systèmes solidaires de protection sociale.
Lien vers le dossier
filet_22.gif

 
Une autre Banque est possible !
15-08-2013

formation_eco.jpg

Face aux politiques d’austérité dans lesquelles la Banque de France et la BCE jouent un rôle particulièrement réactionnaire, le syndicat CGT de la Banque se bat pour une alternative à la stratégie du gouverneur Noyer, pour développer le service public de la monnaie en répondant aux attentes de tous les citoyens. C’est une composante essentielle de notre action revendicative au service des agents de la Banque, dans la solidarité avec l’ensemble du monde du travail.
Stage d’économie, 14 au 18 octobre 2013. Ce stage s’adresse aux élus et aux responsables nationaux et régionaux du syndicat.

Lire la suite...
 
Collectif pour un audit citoyen de la dette publique
21-03-2013

2013_cac_crise.jpg

La crise financière de 2007-2008 n’a pas débouché sur un cataclysme grâce à l’intervention massive des États. Mais les coûts du sauvetage de la finance et de la récession ont fait exploser les déficits et les dettes publiques.

C’est alors que les acteurs financiers, laissés libres de leurs mouvements, ont réussi la prouesse de transformer leur crise en une « crise de la dette publique ». Les États, accusés de frénésie dépensière, ont été sommés par les « marchés » et les agences de notation de réduire leurs déficits, sous la menace d’une augmentation dramatique des taux d’intérêts. Les cas de la Grèce, du Portugal ou de l’Irlande montrent que cette menace est crédible.

Le collectif demande aux présidentes et présidents des groupes parlementaires de l’assemblée nationale et du sénat la création d’une commission d’enquête parlementaire sur la dette publique ! 

2013_Dette publique_la crise
filet_22.gif

 
ANI - accord national inter-professionnel
21-03-2013

2013_ani-1.jpgLe 11 janvier 2013, les négociations nationales dites de «sécurisation de l’emploi» se sont terminées par un accord d’une extrême gravité pour les droits des salariés. La CGT et FO ont annoncé qu’elles ne le signeront pas. Par contre, la CFDT, la CGC et la CFTC ont décidé de le parapher.

  2013_ANI
filet_22.gif

 
Pacte budgétaire, une rigueur austéritaire
23-07-2012
notoausterity.jpg
Négocié par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) n’a pas bougé d’une ligne. Il sanctifie la règle d’or, soumet les États à l’austérité et renforce les sanctions.
filet_22.gif
 
Une crise des recettes, pas des dépenses
21-05-2012

2012_cgtfinances_recettesetdepenses.jpgLa dette ne s’est pas creusée à cause d’un dérapage des dépenses comme on veut nous le laisser croire. Au contraire, elle s’est constituée à partir d’une réduction volontaire des recettes.

  2012_Recettes et dépenses

     

filet_22.gif

 
La crise, les crises, les cycles des crises
23-04-2009

 
La facture de la crise dépasserait 4 000 milliards de dollars pour la finance mondiale
22-04-2009

Image

Image

Les dépréciations d'actifs dues à la crise pourraient coûter 4 054 milliards de dollars au système financier planétaire sur la période 2007-2010, selon le "Rapport sur la stabilité financière dans le monde" publié, mardi 22 avril, par le Fonds monétaire international (FMI).

La "facture" se chiffrerait à 2 712 milliards de dollars pour le secteur financier (banquLe Fonds monétaire international (FMI) a choisi de hisser le drapeau rouge en publiant, mardi 21 avril, son Rapport sur la stabilité financière dans le monde : les dépréciations d'actifs dues à la crise pourraient coûter 4 054 milliards de dollars (3 140 milliards d'euros) au système financier planétaire, que les actifs en chute libre aient été émis par les banques américaines ou qu'ils l'aient été par leurs consoeurs du reste du monde. Le secteur financier d'outre-Atlantique y perdrait 2 712 milliards de dollars, l'Europe (zone euro et Royaume-Uni) 1 193 milliards et le Japon 149 milliards.

LE MONDE le 22.04.09
 
Les avoirs des banques françaises dans les paradis fiscaux
28-03-2009

Image

Image

370 milliards
d'euros


Les avoirs des banques françaises dans les paradis fiscaux se montaient à 532 milliards de dollars (370 milliards d'euros) fin juin 2008, révèle l'hebdomadaire Marianne paru vendredi.

Lire la suite...
 
Après le "sommet social" : plus que jamais, l’unité d’action
19-02-2009

Lire la suite...
 
Le manifeste des 9
19-02-2009

Image

Le manifeste des 9 Le manifeste des 9

La négociation ! Pas le bâton !

La Cgt proteste vivement contre la répression des manifestants engagés dans le mouvement d’action contre la vie chère en Guadeloupe.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 15 sur 36

L'ESPACE PRATIQUE

Faire grève
JSN ImageShow - Joomla 1.5 extension (component, module) by JoomlaShine.com