Bulletin N°06 - DEFIguré

23-03-2016
2016_defigure.jpgMême si le nouveau gouverneur oublie régulièrement de la citer, c’est bien à la Banque de France que la loi confie la mission « d'assurer l'entretien de la monnaie fiduciaire et de gérer la bonne qualité de sa circulation sur l'ensemble du territoire » (article L. 141-5 du Code monétaire et financier). 
Pour ce faire elle doit mettre en œuvre une stratégie efficace d’un point de vue industriel et d’organisation globale de la filière. Cette stratégie doit s’inscrire dans un cadre de progrès social pour les personnels concernés.
La stratégie actuelle du projet DEFI fait peser des risques sur le bon exercice de cette mission où devrait primer l’intérêt général. 
Historiquement la Banque a été l’acteur central de la filière, de sa
fabrication, par notre papeterie et notre imprimerie, à son entretien grâce à un réseau dense de caisses. Depuis la fin des année 1990 à la cible de 2020, si la Banque continuait sur cette voie, plus de 80% 
des caisses du réseau seront sacrifiées. Quant à la papeterie de la fabrication des billets, filialisée et devenue EUROPAFI, c’est 30% de perte de revenus pour les nouveaux embauchés…
 
Depuis des décennies la Banque rêve d’externaliser l’entretien des billets. 
 
Aujourd’hui elle affiche clairement  l’objectif de transférer au privé 50 % de l’activité de tri des billets ; objectif qu’elle reconnait n’avoir  aucun moyen de contrôler, si ce n’est par une « pression morale ». Après le feu vert donné par la Banque, les ambitions de la Société Brink’s de prendre le contrôle d’une part prépondérante de l’entretien des billets en France vont elles se concrétiser ? Dans le même temps, la Banque reste muette face aux annonces répétées dans la presse de la disparition annoncée du billet, alors même qu’il continue de se développer. Pourtant, son rôle devrait être de défendre la monnaie fiduciaire, pour assurer la confiance du public en ce moyen de paiement.
 
Cette stratégie, vise à supprimer de nombreux emplois à la Banque d’ici à 2020 en réduisant une nouvelle fois le nombre de ses caisses implantées sur le territoire, au mépris des risques, en termes de sécurité, qui résulteront de l’allongement des trajets des transports de fonds par route et de la concentration des opérations sur quelques points du territoire. Elle met en place des organisations du travail qui nuisent à la santé et sacrifient les qualifications des agents exerçant ces métiers. Elle  fait peser des risques sur le bon exercice de notre mission. Elle n’est ni juste, ni digne socialement !
 

L'ESPACE PRATIQUE

Faire grève
JSN ImageShow - Joomla 1.5 extension (component, module) by JoomlaShine.com