Entretien de la monnaie - Déclaration intersyndicale

04-04-2017

minut.jpg
inter.jpg

Monsieur le gouverneur,

Les stocks de billets à trier atteignent des records inédits, au lieu de recruter durablement et d’accepter d’écouter leurs revendications, la pression est mise sur les personnels des caisses : tri en continu, heures supplémentaires…, etc.

Nous soutenons les revendications des opérateurs sur monnaie fiduciaire (agents de caisse et d’atelier) :

une réduction du temps de travail pour tenir compte de la pénibilité du métier et de l’absence de lumière naturelle dans certains ateliers ;
une indemnité de fonction pour tous les agents dont le métier est en train de s’industrialiser ;
une meilleure reconnaissance des compétences dans les déroulements de carrières ;
des recrutements à hauteur des besoins d’effectifs généralisés ;
et des négociations salariales en vue d’obtenir des augmentations pour tous (les bénéfices de l’entreprise ont augmenté de 58 % en 2016 !).

Au-delà des revendications de tout le personnel du fiduciaire, les 20 agents du CEFINOF vous adressent un message tout particulier auquel le chef d’entreprise se doit de répondre au plus vite et de manière très concrète : les conditions de travail y sont très mauvaises, les équipements tous connectés dysfonctionnent quotidiennement, ce qui oblige les agents de caisse à travailler sans cesse en mode dégradé (dé-palétisation et conditionnement manuels, agencement inadapté de l’atelier de tri obligeant à des déplacements incessants, arrêts intempestifs des machines, etc.). 

Les collègues de la maintenance de premier niveau sont au bord de l’épuisement professionnel, ceux de la maintenance de second niveau travaillent dans des conditions matérielles lamentables (local aveugle exigu mal ventilé, et sous la surveillance permanente inutile d’une caméra !).

Les agents de service sûreté travaillent également dans des conditions dégradées, ce qui nuit à la sécurité du site et des personnes qui y ont accès, sans qu’il soit possible d’établir une communication efficace vis-à-vis de leur direction pour aboutir à la résolution de problèmes récurrents. 

Ainsi, les contrôles des châssis des camions des convoyeurs ne sont pas possibles depuis plus d'un mois, les plannings posent problèmes, l’ergonomie des postes de travail est intégralement à revoir au plus vite (3 claviers et 5 souris pour 8 grands écrans pour lesquels le local aveugle mal ventilé est trop exigu), la sensibilité des lasers extérieurs provoque des déclanchements d’alarmes intempestifs incessants qui ont des répercussions sur la succursale de rattachement (Strasbourg), etc. 

Au-delà de leurs revendications spécifiques sur le site, les agents de sureté du CEFINOF réitèrent celles de leur catégorie, et demandent notamment la prise en compte de la pénibilité de leur poste et du travail de nuit, ainsi que l’attribution des primes bureautique et Vigipirate. Ces agents sont fortement mobilisés depuis hier et attendent des réponses.  

Quant à l’ensemble des salariés du fiduciaire, ils sont nombreux en grève aujourd’hui et ont massivement signé la pétition que nous vous remettons. 

Ils attendent aussi que leurs demandes d’ouverture de négociations que nous soutenons dans l’unité soient prises en compte.

Paris, le 4 avril 2017 

 

L'ESPACE PRATIQUE

Faire grève
JSN ImageShow - Joomla 1.5 extension (component, module) by JoomlaShine.com